Cap Migrants sera fermé au public du lundi 26 au vendredi 30 juillet 2021. Pendant les mois de juillet et août, les permanences habituelles pourraient être perturbées, merci de consulter les infos pratiques des pages services de ce site. L'équipe.

Toute une histoire…

CAP Migrants, c’est plus de 50 ans d’existence. Une histoire nourrie par la diversité culturelle de centaines d’hommes et de femmes venu.e.s en Belgique à la recherche d’un avenir meilleur. C’est aussi plus de 50 ans d’expérience dans l’action sociale menée par une équipe engagée et soudée, cultivant la bienveillance et l’entraide mutuelle.

1960

Au départ de l’Aumônerie des Étrangers

Tout commence dans les années 1960. L’Aumônerie des Étrangers, une organisation de prêtres de nationalités diverses, installée rue des Anglais à Liège, permet aux personnes d’origine étrangère, qu’elles soient italiennes, hongroises, espagnoles ou encore polonaises, de pouvoir compter, en Belgique, sur des personnes de contact partageant la même langue, la même culture et/ou la même religion.

1970

Un service qui se professionnalise

Au fil du temps, les demandes de ces publics sont de plus en plus nombreuses et spécifiques. La jeune organisation décide alors d’engager une assistante sociale afin de répondre au mieux à leurs questions et préoccupations. Fin des années 1970, l’équipe s’agrandit grâce à l’engagement d’une seconde assistante sociale. Le service social de l’Aumônerie des Etrangers est né ! Dans les années 1980, une secrétaire rejoint l’équipe ainsi qu’une enseignante qui organise des cours de français. Une première, à l’époque où l’offre de formations en « français langue étrangère » est quasi inexistante pour les publics migrants. A l’instar d’une ruche, le bâtiment rue des Anglais est investi dans ses moindres recoins.

En lien direct avec la géopolitique

La problématique des migrant.e.s évolue avec les crises mondiales. L’organisation reçoit dans ses bureaux des personnes des quatre coins du monde. Dans les années 1970, le service social accueille des réfugié.e.s ayant fui la Guerre du Vietnam.  Durant les années 1990, ce sont les populations d’Asie du Sud (Inde, Pakistan, …), du Moyen-Orient (Turquie, Iran, …) ou encore d’Afrique (Congo, Togo, Ghana, Rwanda, Somalie, …). S’en suivra la rencontre avec des réfugié.e.s fuyant le bloc de l’ex-Yougoslavie et du Caucase. Plus récemment, les publics accueillis viennent de Syrie, d’Irak, d’Afghanistan, d’Erythrée, de Guinée, … suite aux nombreux conflits armés ou aux conditions de vie particulièrement précaires.

2008

Création d'une association indépendante

2008 est l’année de la création officielle du « Centre d’Accompagnement Pour Migrants », CAP Migrants en abrégé. L’association nouvellement créée prend ainsi son indépendance par rapport à l’Aumônerie des Étrangers. Elle entend poursuivre ses missions d’accompagnement des personnes étrangères et d’origine étrangère, de manière totalement apolitique et sans appartenance philosophique ou religieuse.

CAP Migrants poursuit également la convention de collaboration qui liait anciennement le service social de l’Aumônerie des Étrangers au Centre Liégeois de Service Social (CLSS), une association agréée en tant que service social auprès de la Région wallonne. CAP Migrants devient ainsi une antenne du CLSS pour son volet “accompagnement social“.

Avec le passage au statut d’asbl, un Conseil d’Administration se met en place. Avec l’apport de toute l’équipe, sa mission est de réfléchir à l’action et à la stratégie de l’association. L’objectif étant de répondre au mieux aux besoins des publics sans cesse changeants et souvent vulnérables.

1980

Un travail de terrain en constante évolution

Depuis ses débuts, l’association accompagne les personnes migrantes, les aide à surmonter les difficultés liées à leur situation et favorise leur intégration. Ces missions se traduisent par des actions déployées en fonction des besoins de ces personnes mais aussi au gré des changements des lois. La création d’instances nouvelles, les réformes successives en matière d’asile et d’immigration, et l’introduction continue d’arrêtés royaux ou de circulaires engendrent une complexification administrative, à laquelle s’adapte le travail social entrepris sur le terrain.

Une action innovante et pionnière

Pionnière en matière de cours de français langue étrangère, l’association le devient également en matière d’accompagnement social sous forme individuelle mais aussi collective. Bien avant l’arrivée du décret instaurant le parcours d’intégration, l’équipe de CAP Migrants met en place, en 2009, pour les personnes accompagnées, un service d’orientation socioprofessionnelle et de recherche d’emploi en vue de favoriser leur insertion dans le pays d’accueil.

2011

Au service des publics jeunes

Cap Migrants se spécialise, au fil du temps, dans le regroupement familial. Dans le cadre de ces dossiers, le nombre de jeunes primo-arrivant.e.s augmente. C’est pourquoi CAP Migrants met en place le service Forma J, un projet unique en son genre qui offre un accompagnement spécifique pour des jeunes primo-arrivant.e.s arrivé.e.s en Belgique par le mécanisme du regroupement familial.

2015

Une reconnaissance par les pouvoirs publics

En 2015, la Région wallonne adopte un décret rendant obligatoire un parcours d’intégration pour les primo-arrivant.e.s. CAP Migrants est reconnu officiellement en tant qu’Initiative Locale d’Intégration (ILI) et bénéficie de subsides pour les activités que l’asbl organise depuis des décennies. Aux côtés des cours de français et du service d’orientation socioprofessionnelle (devenus contraignants par le décret), l’asbl met en place un nouveau module (lui aussi contraignant pour certain.e.s primo-arrivant.e.s) : la formation à la citoyenneté.

2020

Déductibilité fiscale

Fin 2020, CAP Migrants obtient l’agrément du SPF Finance qui lui permet de délivrer des attestations fiscales pour les dons à partir de 40 €. Cette déductibilité fiscale constitue un atout financier pour les donateurs/donatrices mais aussi un signe de professionnalisation de l’association.

Déménager pour un mieux

Depuis sa création, CAP Migrants a connu deux déménagements. En 2012, l’association quitte le bâtiment Rue des Anglais pour s’installer Rue de Fétinne. En janvier 2021, l’équipe investit les locaux actuels, situés Rue Simonon, dans le quartier des Guillemins. Une belle aventure qui se poursuit et qui permet aujourd’hui de rassembler tous les services dans un unique bâtiment, tout près de la gare et du centre-ville.

Se réinventer pour pérenniser et renforcer son action

En 2019, CAP Migrants obtient le soutien du Fonds Venture Philanthropy. Cet accompagnement marque un tournant dans l’histoire de l’asbl qui doit faire face au défi du refinancement. En effet, les subsides publics qui lui sont octroyés ne permettent pas de couvrir l’ensemble de ses frais de fonctionnement, alors que les besoins en termes d’accompagnements de personnes migrantes ne cessent de croître. Avec le soutien de la Fondation Roi Baudouin, CAP Migrants se mobilise pour diversifier ses sources de revenus et assurer la pérennité ainsi que la qualité de ses services.

Dans un premier temps, ce vaste chantier se matérialise, fin 2020, par la refonte de son identité visuelle et la création d’un nouveau site web. Un changement en prélude à d’autres évolutions qui contribueront à donner encore davantage de souffle aux missions de l’asbl.